Retour sur le paquebot dans la grande salle à manger. Dès les premières notes, nous comprenons assister à un mariage.

gpb the end mariage

Plan sur un groupe d'hommes dans lequel nous reconnaissons Gus, son père et Malone. Il semblent attendre.

gpb the end mariage (1) gpb the end mariage (2)

Deux superbes mariées arrivent en haut de l'escalier. Dorothy précise à Lorelei que : "le jour de son mariage, l'usage permet de répondre : oui".

En descendant les marches, Lorelei commence à chanter :"we're just two little girls from Lilttle Rock", Dorothy chante aussi.

gpb the end mariage (3) gpb the end mariage (4) gpb the end mariage (5) gpb the end mariage (6) gpb the end mariage (7) gpb the end mariage (8) gpb the end mariage (9) gpb the end mariage (10) gpb the end mariage (11) gpb the end mariage (12) gpb the end mariage (13)

Arrivée à l'autel, les deux futurs époux s'approchent de leur dulcinée qui regarde leur bague respective : un petit diamant pour Dorothy, et un gros pour Lorelei. En fond sonore "Diamonds", pour conclure sur un pan des deux amies sur la phrase "Diamonds are a girl's best friend".

gpb the end mariage (14) gpb the end mariage (15) gpb the end mariage (16) gpb the end mariage (17) gpb the end mariage (18) gpb the end mariage (19) gpb the end mariage (20)

Puis "The End".

gpb the end mariage (21)

Voilà, nous sommes arrivés au bout de l'histoire. Les dernières scènes sont assez courtes, elles semblent d'ailleurs précipitées. Depuis l'arrivée en France, l'histoire s'est accélérée. Nous sentons l'obligation de ne pas faire des films trop long, des scènes ont été sacrifiées. Avec ce double mariage, la moral des années 50 est sauve ! Pourtant lorsque les deux amies entonnent "Two little girls from Little Rock" lorsqu'elles descendent les marches, l'accent sur le chemin parcouru est vraiment important. C'est le rêve américain : partir de rien pour réussir. Mais la moral de cette époque empêche les femmes d'exister en dehors du giron masculin, elles arrivent à accéder à leur rêve que par le mariage.

GPB 050

En donnant le rôle principal à des femmes fortes, maîtrisant leur vie, Hawks donne une vision très moderne de la femme en ce début des années 50. C'est ce qui rend ce film si agréable à regarder aujourd'hui.

Personne à l'époque n'y verra cela, les tenues sexy portées par Marilyn et Jane les laissent dans l'imaginaire comme de jolies filles n'ayant pas grand chose dans la cervelle. Cette étiquette collera d'ailleurs toute sa vie à Marilyn ! Pourtant le rôle de Lorelei est très loin de cette image... Aujourd'hui nous la voyons comme une jeune femme futée arrivant toujours à ses fins.

L'image de la femme dans les années 40 et 50 est pour beaucoup dans cette approche. Il est difficile aujourd'hui de comprendre parfaitement la pensée collective de ces années là, cela peut paraître totalement absurde ! Mais n'oublions pas que les femmes ne pouvaient rien faire sans l'aval des hommes ! De plus la puissance de la religion rajoute une couche à cette idée réduite de la femme.

Marilyn choquait, dérangeait parce qu'elle symbolisait une part importante de liberté que commençait à vouloir acquérir les femmes. Lorelei malgré son image de blonde idiote était un nouvel animal peu commun. Elle gère sa vie seule, en travaillant mais elle comprend que si elle veut plus il faut passer par les hommes parce que c'est eux, pour l'instant, qui gère le monde. Elle utilise alors ses charmes pour arriver à ses fins. Et quoi de plus dangereux qu'une femme qui maîtrise à la perfection sa féminité ? Marilyn ressemble beaucoup à Lorelei sous cet angle. Marilyn voulait exister par elle même et non à travers quelqu'un. D'ailleurs lors de ses mariages, elle n'était jamais "a femme de", ce sont ses maris qui étaient "Monsieur Monroe"...

Il y a une chose qui m'épate vraiment dans ce film au delà du discours très avant-gardiste sur la femme : la notion d'enfants n'existent pas dans l'univers de Lorelei, ce n'est pas sa priorité ! Sa vie de femme ne se résume pas à créer un "foyer" où elle élèverait ses enfants attendant le retour de son mari. Bon sang que c'est rafraîchissant de ne pas voir ça dans un film des années 50 !!!

NB : Excusez-moi si je ne suis pas très claire, j'ai un peu de mal ce soir à m'exprimer, je pense cependant avoir évoqué ma pensée.